Midi à Sillery

/Midi à Sillery
Midi à Sillery 2017-08-31T01:12:27+00:00
[av_one_full first] [av_heading heading=’Oeuvre expliquée’ tag=’h3′ color= » custom_font= » style= » size= » subheading_active= » subheading_size=’15’ padding=’10’][/av_heading] [/av_one_full]
[av_one_half first] [av_textblock ]
Midi à Sillery, acrylique sur toile, 30 x 36 pouces

Midi à Sillery, acrylique sur toile, 30 x 36 pouces

[/av_textblock] [/av_one_half]
[av_one_half] [av_textblock ]

Dans cette oeuvre, le moment a été capté par l’artiste quelques instants seulement avant l’oeuvre précédente. Entre le moment où les deux toiles ont été réalisées en atelier, des centaines d’heures se sont écoulées. Le personnage, quant à lui, n’aura parcouru que quelques mètres dans la scène. Les mouvements de l’eau sont différents, mais la luminosité est restée la même. On remarque la palette de couleurs très circonscrite dans une gamme primaire. Le noir est employé parcimonieusement, alors que le blanc est renforcé par le soleil à son zénith qui fait l’étalage de toute sa luminosité. Le sujet principal de cette œuvre est cet homme d’affaires qui marche à grands pas sur le ponton et qui est l’élément narratif de cette espace d’attente et de quiétude. Si par le titre « Midi à Sillery », on peut plus facilement répondre à la question : retourne-t-il à son bureau après s’être réfugié à la marina de Sillery pendant son heure de dîner ? D’autres questions ouvrent la porte à l’interprétation où l’imaginaire règne en maître. Quoique la vue soit d’ensemble, quelques éléments diffèrent de l’oeuvre précédente intitulée « Port de Sillery » qui n’est qu’un angle de vue par rapport à celle-ci. Puisqu’il s’agit d’une peinture, l’artiste s’est permis quelques distorsions dans ces deux réalités temporelles reliées entre elles par le lieu et par le personnage ; les deux peintures ne pouvaient être rigoureusement identiques.

[/av_textblock] [/av_one_half]